Accueil / Assurance habitation / Êtes-vous couverts pour les dommages causés par un dégât d’eau?

Êtes-vous couverts pour les dommages causés par un dégât d’eau?

Oubliez les incendies, les cambriolages ou les tempêtes de vent!  Les dégâts causés par l’eau sont en tête des réclamations d’assurance habitation au Canada. Le refoulement d’égouts, le gel d’équipement ménager et les bris de conduite sanitaire représentent plus de la moitié des indemnités versées en assurance habitation.

Votre rivière déborde, priez…

Malheureusement, aucun assureur ne vous couvrira pour les dommages causés par les inondations dus au débordement de cours d’eau. Les assureurs estiment que les « phénomènes climatiques récurrents et prévisibles » ne sont pas assurables. Vous devrez alors vous rabattre sur les programmes gouvernementaux qui « peuvent » couvrir (ou non) les inondations de grande ampleur.

Dégâts provenant de l’intérieur, pas de soucis

De l’eau qui fuit d’une vieille laveuse à linge ou d’un bain oublié représente 40 % des réclamations pour dégât d’eau. Si l’eau provient de l’intérieur de votre résidence, pas de souci, vous êtes automatiquement couvert.

Dégâts issus de l’extérieur, c’est plus compliqué

Les dégâts causés par l’infiltration extérieure sont responsables de 60 % des réclamations de dommages causés par l’eau. Une pluie diluvienne envahit votre beau sous-sol, une fuite de votre couverture endommage le plafond, ou vous subissez de l’infiltration après un bris d’une conduite enfouie? Ces dégâts dus aux « eaux extérieures » ne sont malheureusement pas couverts par votre police de base, mais par des clauses supplémentaires, que vous devez demander à votre assureur. Sinon attendez-vous au pire.

Votre courtier et conseiller en assurances à l’obligation de vous informer des exclusions de votre contrat et des avenants pour éviter de vous retrouvez devant des dégâts non remboursables. Le coût des dommages causé par l’eau est considérable. On pense souvent au nettoyage, mais on oublie les travaux de réparations et de remplacement des meubles, qui font rapidement monter la facture.

La segmentation des risques

Plusieurs assureurs séparent les risques pour abaisser le coût des assurances. Depuis quelques années, les dommages extérieurs sont divisés en trois catégories :

  • Les dommages provenant au-dessus du sol
  • Les dommages provenant sous le sol, incluant les refoulements d’égout
  • Les dommages causés par les entrées d’eau

En offrant des produits d’assurance très diversifiés, un client pourra choisir selon ses besoins spécifiques. Par ex. si votre sous-sol n’est pas construit,  il vous en coûtera moins cher que le propriétaire qui possède une salle de billard, avec un plancher de bois franc.

Les coûts débordent

Autrefois, la limite pour un dégât d’eau était souvent celle de la police d’assurance. Il y a eu certains abus et aujourd’hui, les compagnies limitent les réclamations.

Une autre raison expliquant l’augmentation importante des coûts de ce type de dommages au Québec, c’est la performance des nettoyeurs après sinistre, qui préoccupe de plus en plus les assureurs. Il faut limiter les coûts de ces entreprises, assurer un meilleur service à la clientèle et un meilleur contrôle de la qualité. La qualité est actuellement inégale d’un restaurateur à l’autre, ce qui impacte la réputation de l’industrie.

Tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse

Pour réduire les dangers de dégâts d’eau, il y a des petits gestes qui pourraient vous éviter de graves conséquences:

  • Pour seulement quelques dollars, changer les tuyaux connecteurs des appareils après 5 ans d’usage (lave-vaisselle et lessiveuse) .
  • Lors d’absence prolongée, fermer le robinet d’entrée de la maison et vider la pression des tuyaux.
  • Assurez-vous que tous connaissent la localisation du robinet d’entrée d’eau principal de la maison.
  • Installer des robinets d’urgence sous tous les lavabos, cabinet de toilette, éviers et chauffe d’eau. Lorsqu’une toilette déborde, il est plus rapide de fermer le robinet d’urgence que le robinet de la maison.
  • Demeurez dans la salle de bains, pendant que la baignoire se remplit.
  • Si votre chauffe-eau est âgé de plus de 10 ans, surveillez les moindres signes d’usure et planifiez son remplacement à court terme.
  • Faites installer un drain dans votre sous-sol, à proximité de votre chauffe-eau. Vérifier si vous possédez un clapet antiretour sur votre installation sanitaire.
  • Si vous subissez un débordement, il est de votre responsabilité de s’assurer que toute l’humidité a été retirée des murs, planchers et plafonds. Si des champignons y apparaissent ultérieurement et affectent votre santé, vous devrez effectuer des travaux qui ne seront malheureusement pas couverts par votre assurance.
  • Assurez-vous de bien déneiger votre toit, après d’importantes chutes de neige.
  • À la fin de l’automne, avant l’arrivée des grands froids, vérifiez si vos gouttières et descentes pluviales ne sont pas obstruées.  Jetez un coup d’oeil sur votre toiture et faites réparer les endroits où pourrait s’infiltrer l’eau de la fonte des neiges.
  • Avant les premiers gels, coupez l’alimentation des robinets extérieurs et dévissez les boyaux d’arrosage.
  • Pour vous aviser en cas de débordement, faites installer un détecteur d’humidité à même votre système d’alarme.  Il existe aussi des modèles autonomes que vous pouvez installer dans la salle de bain, salle de lavage ou la cave et qui sonne en cas d’inondation.
  • Lorsque des glaçons pendent de votre maison, faites vérifier votre toiture. Les glaçons sont souvent le signe de pertes de chaleur, dû à des dommages causés par l’infiltration d’eau.
Top