Accueil / Assurance automobile / Démystifier les mythes bien ancrés sur l’assurance

Démystifier les mythes bien ancrés sur l’assurance

Le rapport 2011 de TD Assurance est un sondage qui trace l’état de l’assurance au Canada. Des entrevues auprès de 1 000 répondants canadiens dont 230 Québécois ont déterminé que beaucoup de faussetés touchant l’assurance demeurent ancrées dans l’esprit des consommateurs.

Pour acheter votre assurance

Seulement 38 % des Québécois consultent un professionnel de l’assurance lors de leur magasinage.  En effet, plus de 40 % de la demande d’information en assurance s’effectuent en naviguant sur le web, 20 % suite aux recommandations d’un membre de la famille, amis ou collègues et 2 % se fient à leur instinct.

L’assurance automobile

Plus de 56 % des Québécois croient que lors d’un accident de voiture, si vous ne présentez aucune demande d’indemnisation, vos primes d’assurance n’augmenteront pas. Ce qui est faux. Si votre assureur apprend que vous avez eu un accident, il pourrait augmenter vos primes, que vous ayez déposé une demande d’indemnisation ou non. Même si vous n’avez pas rapporté l’accident à votre assureur, l’autre personne impliquée dans la collision pourrait avoir soumis une demande d’indemnisation à son assureur.

Beaucoup croient aussi à tort que de recevoir une contravention de stationnement entraîne automatiquement une augmentation des primes d’assurances. Les contraventions de stationnement n’ont aucune incidence sur le dossier de conduite ni sur la prime d’assurance.

Par contre, plusieurs croient que la prime d’assurance auto grimpera automatiquement suite à une contravention pour excès de vitesse. C’est possible, mais ce n’est pas certain. Les assureurs se réservent le droit de majorer la prime si vous contrevenez à n’importe quel règlement provincial ou fédéral régissant l’utilisation d’un véhicule. En fait, c’est votre dossier de conduite qui déterminera si une contravention pour excès de vitesse aura une incidence sur votre prime d’assurance.

C’est généralement la gravité de l’infraction qui fait toute la différence. Une contravention pour excès de vitesse qui n’est pas trop grave (jusqu’à 49 km/h au-dessus de la limite de vitesse), n’aura probablement qu’une légère incidence sur votre prime, mais les cas d’infraction grave (plus de 50 km/h au-dessus de la limite), votre prime grimpera à coup sûr.

Beaucoup de Québécois sont persuadés que les primes d’assurance automobile sont plus élevées pour les voitures deux portes (49 %) ou de couleur rouge (19 %). Peu importe la couleur du véhicule, la prime d’assurance est établie selon des facteurs comme son prix d’achat, le coût moyen des réparations, sa popularité auprès des voleurs, sa stabilité lors d’un accident et la feuille de route de ce style ou de ce type de véhicule en matière de demandes d’indemnité.; et l’usage que vous faites du véhicule (pour vous rendre au travail, la promenade ou autres).

L’assurance habitation

Très peu de gens savent que l’installation d’un système d’alarme résidentiel peut faire diminuer les primes d’assurance habitation. Des améliorations au domicile, comme l’adoption de mesures de sécurité supplémentaires (penne dormante, éclairage de nuit…) pourraient aussi contribuer à diminuer vos primes.

Soulignons ici que 75 % des Québécois croient à tort qu’en soumettant une demande d’indemnisation pour des biens volés ou endommagés, ils seront remboursés en fonction du prix d’articles comparables neufs. Il importe de savoir qu’une police d’assurance habitation standard ne couvre que la valeur de vos biens, diminuée de la dépréciation.

Si vous avez déboursé 500 $ pour un téléviseur il y a cinq ans, vous pourriez ne recevoir que 100 $ si ce dernier était endommagé par un incendie, et ce, même s’il vous en coûterait aujourd’hui 600 $ pour le remplacer. Si vous recherchez une meilleure protection, vous devriez ajouter l’option valeur à neuf à votre couverture, ainsi vous aurez la certitude que tous vos biens seront assurés en fonction du prix qu’il vous en coûterait pour les remplacer aujourd’hui.

L’assurance locataire

Selon les résultats du sondage, 41 % des Québécois locataires ne souscrivent à aucune assurance sur leurs biens, compromettant d’autant leur sécurité financière.  Même si vous êtes un locataire possédant que quelques milliers de dollars de biens (ordinateurs, chaîne haute-fidélité, vélo haut de gamme) pour une police souvent minime, vous aurez la tranquillité d’esprit en cas d’incendie ou dégât d’eau. De plus, 14 % des locataires croient à tort qu’ils sont couverts par l’assurance de leur propriétaire en cas de sinistre ou de blessure à leur domicile.

Bien souvent un étudiant locataire peut être couvert par l’assurance de ses parents ou obtenir une prime à très bas prix auprès de son association étudiante ou de son collège ou université. Il est essentiel de dresser une liste de ses biens, d’en prendre des photos que l’on conserve en lieu sûr.

L’assurance voyage

Les données de l’étude de TD Assurance révèlent que le tiers des Québécois (32 %) croient qu’une assurance voyage est nécessaire seulement lorsqu’ils voyagent à l’extérieur du Canada. De plus, 24%t des Québécois se sont déjà rendus dans une autre province sans souscrire une assurance voyage. La couverture prévue par l’assurance maladie provinciale n’offre pas une protection complète à l’extérieur de votre province de résidence.

Il est donc important de vous assurer d’être protégé même lorsque vous voyagez à l’intérieur des frontières canadiennes. Lorsqu’il est question de voyages à l’étranger, bon nombre de gens ne savent pas que la facture moyenne pour une hospitalisation peut atteindre jusqu’à 10 000 $ par jour et qu’une visite aux urgences coûte en moyenne 1 000 $.

L’Assurance vie

L’assurance vie ne sert qu’à ceux qui ont des enfants. Faux. L’assurance vie devrait faire partie intégrante de la planification financière de chacun, et devrait au moins couvrir les frais funéraires. Un des avantages de souscrire une assurance vie plus tôt est qu’elle pourrait être plus abordable étant donné que les primes sont établies en fonction de l’espérance de vie qui, naturellement, diminue au fil du temps.

Prenez note en terminant que ce rapport 2011 de TD Assurance sur l’état de l’assurance a été réalisé à la suite d’un sondage en ligne sur mesure mené par Environics Research du 5 au 13 mars 2011 auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 Canadiens adultes, dont 230 résidents du Québec.

Top